Fin et soif de vie
 
 
 
 
           Dans ce dédale infini où
        l’inconscient sommeille,
        s’entremêle ici, le trouble éthéré
          de sentiments enfouis
             qui surgissent violemment
              de ce gouffre profond,
              pour savourer avidement
            cette rencontre divine
        que les ondes animent
      d’un flux harmonieux.
     Cela sans pouvoir expliquer,
    venus de je ne sais où,
   qui de vous où de moi,
  ni comment ni pourquoi,
 justifiera à ce moment,
ce que l’on fait là.
Alors que dans ce monde céleste
où la pensée gravite,
cet au-delà empreint de maux
et de craintes,
dont s’annihilent le bonheur
et la haine,
brûlant d’amour, de passion qui attisent la braise,
riche d’espoir,
cet idéal nous tend les bras.
Les Enfants de l’espoir
         bronze patiné - 63 cm
Création
 
 
            Des formes animées,
            Ici, m’invectivent
            Dans ce coin d’atelier
            Se bousculent, s’activent,
            Envahissent mes pensées,
            Pour se faire très vives,
           S’estomper à jamais
          Si les mains créatives
         Ne sont pas à sculpter
         Cette matière passive
        Qui se laisse déflorer.
        Par instants captive
         Ou parfois dévoyée,
          On la croit lascive
           Et elle est délurée.
            Dans ces mains qu’avive
             La passion de créer,
              Que d’aucuns
                ne privent
                 D’une forte
                  destinée,
                    Pourvu que
                     la rive
                      Reste du
                       bon coté.
Les Trois Grâce
      bronze patiné - 72 cm
            Matière d’art
 
 
 
                Flash sur la  
                       matière
 
                    La main étreint,
                lisse, modèle,
            Affine, ajuste,
             martèle,
              Polit, patine,
                cisèle,
                  Bâtit, érige
                     en stèle ;
 
 
                Clash sous la
                           lumière
 
                      L’œil découvre,
                              révèle,
                     Compare,
                            scrute,
                          harcèle,
         Adore,
        rejette,
       rend belle,
     Si fière, ainsi
   soit-elle.
 
 
 
 
 
 
 
 
J’ai su, en moi tu as lu.
 
        Bien sûr passionnément,
        Proche de la cime,
        Tout n’est pas résolu.
 
J’ai vu, tu m’as reçu.
 
        En me délectant,
        De cette allure de frime,
        Conscient de ta mue !
    
        J’ai vaincu, tu est émue.
 
Imaginant un plan,
        Au-delà du crime,
        J’en suis revenu !
 
        J’ai conclu, tu es nue.
 
        Vers toi tendrement,
        Savourant en prime,
Le fruit défendu !
        
J’y ai cru, tu as disparue.
 
        D’ici irrévocablement,
        Si à présent plus rien ne rime,
        Qu’il sera bon d’être pendu !
        
        
                              Vécu
 
J’ai attendu, tu as vu.
 
Goûtant avidement
        Ce moment intime
        A qui on a cru !
        
        Je t’ai plu, tu m’as plu.
 
Vivant prétendument,
        Un instant sublime
        Qui nous met à nu !
 
        J’ai couru, tu t’es rendue.
 
        Même dangereusement,
        Au bord de l’abîme
        Tu m’a bien entendu !
 
        J’ai voulu, tu m’as eu.
 
        Alors oui, forcément,
        Ce sentiment infime,
        Il fut le bienvenu.
 
        J’en ai connu, tu as vécu.
 
        En mêlant habilement
        Les incidents minimes
        En maintes déconvenues !
 
Le Centre d’intérêts
      bronze patiné - 63 cm
174 cm sur socle
Rencontre d’un autre type
      bronze patiné - 175 cm