Première mise en exposition
 
 
 
        L’œuvre assoupie se dresse,
        Fixe, crâne sans délicatesse,
        Nargue, intrigue sans cesse,
Cultive, aiguise, adresse,
S’impose, harcèle, stresse,
Harangue, s’exprime :
maîtresse,
Provoque, assure,
caresse,
Suscite, câline
sans promesses ;
Trônant telle une princesse,
Immobile, fragile, arrogante,
Fait face sans pudeur,
                                            Bien qu’elle
                                            enchante
                    Celui qui
                    avec ferveur,
                    Telle une
                    déferlante,
                    Touché en
                    plein cœur,
                    Prétend qu’elle
                    le tente,
                    Alors que
                    par bonheur,
                    Divinement
                    elle le hante.
 
 
L’Espace des quatre saisons
face 1
bronze patiné - 132 cm
La controverse
 
 
        La rencontre magique
        D’une œuvre no clean,
        Me fit, quoique sceptique,
        Ensuite, changer de mine.
        Essayant d’être critique,
        L’humeur assassine,
        Je pus sarcastique,
        Chargé d’adrénaline,
        Asseoir ma logique
        Sur cette pièce crétine.
        D’emblée peu classique,
        Sans effets elle décline
        Un goût allergique.
        L’image s’illumine
        Dans ce débat éthique,
        Le regard fulmine ;
        Des pensées anarchiques,
        Dans l’esprit cheminent.
        Sans a priori lubrique,
        L’esprit a pris racine,
        La raison s’applique,
        Les détails s’éliminent
        Pour faire place au déclic.
        Avec bonheur, sans spleen,
        C’est le must artistique
        Dont l’excellence domine,
        C’est une vision idyllique,
        Comme la belle héroïne,
        Cette oeuvre fantastique
        Dans les sommets culmine,
        Telle une vérité biblique
        Dans ses entrailles divines.
 
 
Rencontre avec mes anges
bronze patiné - 100 x 125 x 30
Un petit coin de sérénité
face 2
bronze patiné - 41 cm
La fenêtre s’ouvre sur la plaine
face 2
bronze patiné - 41 cm
Désirs d’art
 
 
 Coup de foudre
  Sur une oeuvre d’art : 
 
                    Je voudrais te revoir
                     Un instant, je le veux,
                      Pour continuer à croire
                       Que la vie n’a pas mieux !
 
    Nouvelle rencontre
     Avec cette oeuvre d’art :
 
                         Il m’a été permis d’avoir
                          Dans ce temps bienheureux,
                           Le plaisir de revoir,
                            Je suis béni des dieux.
 
        Projet d’acquisition
         De cette oeuvre d’art :
 
                             Combien doit-elle valoir,
                              ça doit être faramineux :
                               si ce n’est pas ce soir,
                                j’en serai malheureux.
 
        Acquisition
         De cette oeuvre d’art :
 
                                J’aimerai leur faire savoir
                                 Comme c’est merveilleux !
                                  Qu’on les couvre de gloire,
                                   Qu’ils brillent de mille feux.
Rencontre de l’inconnue
Face 1
bronze patiné - 123 cm
Anges ou démons !
 
« Souviens-toi Hugo de cet acharnement
à te battre contre toute forme d’entrave
à la liberté de création »
Sache qu’encore on nous modèle sans modèle ;
On nous moule, on nous démoule ;
On nous astreint avec un frein.
On nous informe, ils désinforment ;
On nous forge dans la forme qu’ils déforment.
On t’amène sans qu’on t’aime,
Dans le trou et tu peines.
On te dicte ta conduite
Sans fatigue tu la suis,
On te hisse pour la gloire,
Et te glisse dans le chanvre,
Sans respect pour te pendre.
Dans cette boîte au carré on te banalise,
Avec civilité on te dynamise,
Avec opiniâtreté on te tyrannise :
Dans cette infirmité tu te canalises.
Sans ménage on t’arrête, on t’enferme et te bouscule,
Dans cette cage, on te jette, on te noie où on te brûle.
 
Dans mon antre en créant,
L’esprit et la matière, avec passion fusionnent ;
Des idées s’amoncellent, des images foisonnent.
Dans ce dédale d’ondes, je m’abandonne ;
L’énergie sous pression bourdonne.
Qui tempère, qui raisonne ?
Dans ce vide, ce désir sans repère
Que l’inconnu passionne ;
Dans ce rien, ce plaisir, ce mystère :
L’imaginaire plafonne,
La création rayonne.
 
Rencontre sur le sentier...
bronze patiné - 100 x 125 x 30
Quatre rencontres,
quatre mystères
face 1
bronze patiné - 132 cm