Regard sur l’œuvre d’art
 
 
        Des portes jamais fermées,
              Des fenêtres sans vantaux
              Ouvertes à tout jamais
                 A ces horizons nouveaux.
                Tu n’y rentres pas,
                   Tu n’en sorts pas,
                     Là, tu es la-bas,
                       Et tu contemples au-delà.
                     Sans obstacles apparents,
                      Sans motifs accablants,    
                       Aucune gêne n’est visible
                       Dans ce monde invisible,
                       Aucun son ne paraît
                       Dans ce monde défait,
                       Seule, la vibration est
                      Dans ce monde surfait ;
                     Elle traverse ce silence,
                    Se meut avec aisance
                       Et montre sa fulgurance
                      En ce champ d’errance ;
                     Cette image t’envahit,
                    Sans que tu comprennes, grandit,
                  Etonne, s’amplifie,
                    L’émotion crie !
                  L’œil jauge, le regard pioche,
                L’acuité affine et s’accroche,
              La matière, la forme font face,
                Sans préjugés qui agacent ;
             L’équilibre et l’harmonie s’affichent,
           La mise en scène s’immortalise
         Pour l’esprit qui ne triche
       Les critiques s’organisent,
     Se référant à l’œil et l’esprit sans trêve,
 Irrévocablement elles entraînent la pensée et le rêve.
 
 
 
     L’Eau et le feu
bronze patiné - 52 cm
     L’Offrande à la vie
bronze patiné - 39 cm
    Les Méandres de la vie
bronze patiné - 45 cm
164 cm sur socle
Inspiration
 
 
                    Ce silence est lumineux
                Quand l’esprit se concentre,
                Dans ce monde, dans mes yeux,
                Aucune vision n’entre
                De ces contours merveilleux
                Auréolés au centre
                D’un cumul de jeux,
                     Nul besoin de comprendre
                  Que le guide de ce monde,
            Ne peut sans s’y méprendre,
              N’être qu’un flux d’ondes,
                 Auxquelles te suspendre,
                     T’entraînent dans la ronde
                           Des images qui engendrent
                                   Les idées qui abondent.
 
               Le temps
 
Que n’ai-je entendu du temps !
Combien de temps pour cette création ?
Combien de temps, fallu-il à l’homme
Pour accéder à son statut ?
Certains diront des années à millions,
D’autres rétorqueront moins de 7 jours.
Le différentiel temps ici est disproportionné,
Et son appréhension est culturelle.
Dans le parcours du plasticien, la création accomplie
et l’évolution qui suit,
sont deux pôles importants.
Le temps, qui lui importe peu, est un segment qui se
rapporte aux autres dans la matérialisation fonctionnelle.
Cela rassure que l’on passe du temps à valider et
conforter un jugement sur une oeuvre.
Cela rassure, cloisonne, formate et conditionne
D’autant que l’on puisse exagérer le temps passé.
Compter son temps, c’est subir une pression qui n’a pas lieu d’être.
Mon temps reste une ponctuation dans le sens de vivre.
L’espace temps dans la création ne peut être un bonus.
 
Je pense à l’évidence que je mets trop de temps
dans l’élaboration d’une pièce.
Mais alors, je parle du temps des autres.
Mon temps n’est que fulgurance, dans l’approche
de l’accélération répétée où un voyage dans l’imaginaire.
Il est suspendu et reste infini dans cette notion créative.
La subjectivité du temps est particulièrement perçue de façon différente
dans notre horizon artistique.
Pour le matérialiser à l’esprit de quelqu’un,
il faudrait le placer soit sur une dune
en plein désert, soit sur un monticule de la banquise, sans montre.
Faire le vide ne sera pas nécessaire, il se fera irrémédiablement.
L’espace temps dans ce cas,
ne pourra être quantifié et cela l’amènera à voyager dans le temps.
De plus n’étant plus un vecteur matérialisé,
l’imaginaire lui ôtera la notion de ce temps.
Mon temps n’est pas le vôtre !
 
     La Florentine
bronze patiné - 54 cm
168 cm sur socle
     Le Guide
bronze patiné - 38 cm
172 cm sur socle
Exaltation
 
Immuable, insaisissable
                elle est,
                  inaccessible, indestructible
            elle se pavane,
        inimitable, insatiable
                elle trône,
              imprévisible, indicible
                    elle défie,
            incroyable, formidable
                elle joue,
                               irréversible, inamovible
                    elle jubile,
          inconcevable, inaliénable
                elle exalte,
            irascible, incompatible
                elle piège,
              inclassable, inqualifiable
                elle délire,
          perfectible, inadmissible
                    elle provoque,
infatigable, impitoyable
            elle fustige
pénible, infaillible
            elle ruse,
inaltérable, inoxydable
            elle règne.
 
 
Les regards fixes un instant immobiles,
se concentrent, identifient, interrogent, dévorent,
et d’un coup admirent, s’extasient, s’illuminent,
désirent, magnifient, s’approprient cette oeuvre unique
qui s’offre impudiquement à ceux qui l’aiment.
 
Sculptures Bois:
 
Esméralda, ange ou démon
Pour le bi-centenaire de la naissance de Victor Hugo